Re-publication de l’étude d’alimentation animale de Séralini & al: une récidive inutile qui ne sert qu’à alimenter les peurs!/ Re-publication of Seralini & al study: unnecessary comeback which only serves to fuel the fears!

25.06.2014

Le 18 sept 2012, le Nouvel Obs titre « Oui ! les OGM sont des poisons ». Une communication choc contraire aux bonnes pratiques scientifiques qui témoigne de l’intention des auteurs de faire le plus de bruit possible autour d’un travail militant très provocateur. Une « manipulation » bien orchestrée qui a agacé les scientifiques et aussi les journalistes scientifiques.

De nombreux comités et instances scientifiques de tous les pays (Allemagne, Belgique, Danemark, Australie etc.) se sont exprimés tout azimut pour dénoncer les insuffisances d’une telle étude, y compris en France où le HCB, l’Anses ainsi que six académies dont celles des sciences, de médecine, d’agriculture ont publié leurs critiques.

Par la suite la revue scientifique qui a publié l’étude l’a retirée.

Cette re-publication de l’étude, sans apporter de données scientifiques supplémentaires,  n’est qu’une mise en scène nouvelle pour Séralini et ses collaborateurs d’entretenir la peur des OGM  et accroître la confusion dans le public. Une belle occasion de doubler la mise.

Au lieu de se complaire dans des  controverses « scientifiques » biaisées par le militantisme ne faut-il pas plutôt consacrer les fonds publics à la recherche sur l’innovation pour répondre au vrai défi ? Celui de productions alimentaires satisfaisantes  en quantité  en qualité et à des prix acceptables ?

Pour cela, il faut d’abord empêcher les actions violentes qui s’y opposent. Aujourd’hui même à nouveau les “Faucheurs volontaires » ont envahi des laboratoires à l’ENS Lyon pour empêcher la recherche publique sur les OGM. IBV exige du gouvernement une attitude ferme à leur encontre pour garantir la liberté de la recherche. 

Contact : Marc Richard-Molard, délégué permanent IBV

Tel : 07 88 31 52 92.

Mel : marc.richard-molard@ibv-blog.com

Initiatives Biotechnologies Végétales (IBV)  fédère l’interprofession semencière et les organisations professionnelles impliquées dans le développement de semences performantes et innovantes : GNIS, UFS, UIPP.

Tags: